5 questions à se poser avant d’investir dans une SCPI

Les sociétés civiles de placement immobilier permettent d’obtenir une rentabilité remarquable proche de 5% par an. Mais cette situation reste fortement corrélée à la conjoncture du marché des bureaux. Au travers de cet article, nous mettons en avant 5 questions qu’il faut se poser avant d’investir dans une SCPI…

Quelle somme devez-vous investir ?

On recommande généralement de ne pas consacrer plus de 15% d’un patrimoine pour une SCPI. La raison est qu’il s’agit d’un placement peu liquide, qui par ailleurs est soumis aux fluctuations du marché des bureaux. En effet, en cas de crise, des moins-values sont possibles.

Il vaut mieux ne pas investir plus de 15% !

Il vaut mieux ne pas investir plus de 15% !

Quel type de placement à long terme ?

De par la nature des frais d’entrée qui restent à un niveau élevé, les SCPI imposent aux individus un horizon de placement entre et 10 ans au minimum.

Quelle rentabilité peut-on espérer d’une SCPI ?

Si l’investissement dans l’immobilier d’entreprise est à ce point attractif, c’est parce que le niveau des taux d’intérêts demeurent très faible. Cependant, la moindre remontée des taux d’intérêt est susceptible de faire baisser le prix des parts en SCPI. Ainsi, les loyers continuent de baisser, en même temps que le taux de rendement moyen du marché – 5,15% en 2013, 5,08% en 2014, 4,85% en 2015. En 2016, la rentabilité moyenne devrait se situer aux alentours de 4,60%.

Pour en apprendre plus à ce sujet, rendez-vous ici : https://www.scpi-online.com/

Quel niveau de risque ?

La résilience des SCPI fait que même en période difficile pour l’immobilier d’entreprise, avec perte de valeur des actifs détenus en portefeuille, la solidité des loyers demeure. Cela ne signifie bien sûr pas que les SCPI sont à l’abri d’une catastrophe ou d’une crise durable de l’immobilier d’entreprise.

Comment choisir judicieusement votre SCPI ?

Toutes les SCPI ne sont pas à l’abri d’un durcissement du marché, malgré des performances réputées homogènes. Ainsi, en cas de crise du marché des bureaux, les SCPI les plus vulnérables seraient celles qui, par exemple, détiennent des immeubles jugés obsolètes où en voie d’obsolescence.

Comme nous avons pu le voir, une société en SCPI conserve des atouts solides en termes de placement immobilier de longue durée. Mais les associés doivent rester prudents dans la gestion de leurs actifs, face à un marché susceptible d’évoluer.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *