Jardin : type de sol et plantes vivaces, ce que vous devez savoir

Quand on dispose d’un espace que l’on peut transformer en jardin, il ne faut surtout pas hésiter. En effet, un petit coin de nature dans un paysage tellement urbain n’a jamais fait de mal en réalité, au contraire cela fait beaucoup de bien ! Mais attention avoir la main verte ne s’improvise pas. Il faut prendre soin des plantes, prendre le temps de s’en occuper, mais aussi faire en sorte de bien connaître les sols de votre jardin pour réussir à faire pousser les variétés adéquates. Parlons donc jardinage aujourd’hui, notamment des différents types de sol à connaître et des plantes vivaces à faire pousser. En effet, pour mieux jardiner, il faut connaître les différents types de sol et pour arriver à bien vous occuper des plantes vivaces, il faut faire un peu connaissances avec elles.

conseils-plante

Les différents types de sols

               Il faut savoir avant tout que la qualité de la terre varie beaucoup d’un endroit à l’autre, même dans un seul et même terrain. Il devient donc difficile parfois de réussir à mettre en place le jardin de vos rêves quand rien ne veut pousser. Heureusement, il existe aujourd’hui des solutions pour mieux vous occuper de la terre et la rendre plus cultivable. Pour commencer, prenez connaissance du type de sol que vous avez dans votre jardin.

               En premier lieu, il y a les sols secs. Cela ne veut cependant pas dire que ce type de sol est stérile, certains sont riches en humus pour retenir l’humidité dans certaines régions. C’est surtout que ce type de sol est très sec en surface, mais très frais une fois qu’on creuse dedans, cela parce que l’eau n’y remonte pas.

               Aussi, pour remédier à la sècheresse de ce type de sol et vous permettre de réussir à un planter quelque chose, je vous conseille d’y ajouter de l’humus, sous forme de fumier idéalement ce qui apportera plus d’éléments nutritifs.

               Il y a ensuite les sols argileux, ce qui les caractérise surtout c’est leur couleur variable en fonction de leur nature allant du brun au presque noir et au violacé. On reconnaît ce type de sol surtout au fait qu’il est gluant et collant quand il est humide, quand on prend en main, on a l’impression que c’est de pâte à modeler.

               Bien que se transformant en croûte dure au soleil, le sol argileux retient beaucoup d’oligo-éléments, en faisant ainsi une terre riche, mais un peu acide. Il faut les amender avec de l’humus et du sable grossier pour réussir à en faire quelque chose aussi.

               Il y a ensuite les sols humides, ils retiennent l’eau et cela pour de nombreuses raisons. Les plantes amatrices de terre trempées sont en nombre, aussi je ne pense pas que vous ayez tellement besoin de rectifier le tir.

               Si jamais cela est réellement nécessaire, je vous conseille donc de réguler les écoulements en faisant usage d’un réseau de drains disposés en écaille de poisson. Sachez en effet que les marécages assainis font office de super terrain pour un potager.

               Pour les sols caillouteux, il faut savoir que la présence de ces derniers représente un avantage certain, ils aident à rendre le sol plus lourd et plus perméable. Cela serait donc inutile de chercher à enlever les cailloux, sauf pour le potager et la pelouse.

               Enfin, il y a les sols acides, avec un pH inférieur à 7. Si la terre est à 6, il suffirait de corriger avec un apporter régulier de chaux agricole. Il existe beaucoup de plantes qui s’en accommodent parfaitement. Si c’est en dessous de 6, les amendements sont difficiles et ne corrigent que très faiblement ces sols, auxquels il vaut mieux adapter les cultures tout simplement.

conseil-plantes

Vivaces : comment les choisir ?

               Pour bien choisir vos vivaces, vous devez tenir compte de certains points en considérant le fait que vous ayez des critères précis en la matière bien évidemment. Dans tous les cas, je tiens à préciser que les vivaces sont des plantes qui peuvent vivre plusieurs années, aussi avant de les choisir, assurez-vous que vous pourrez bien supporter les floraisons chaque année.

               Il est aussi possible de choisir en tenant compte du feuillage, de la couleur des fleurs, mais aussi de la hauteur. Plus généralement, il est aussi possible de choisir en fonction de la saison de floraison de ces dernières.

               Nous avons donc les vivaces de printemps, dont les muguets et les pivoines. Il y a aussi les vivaces d’été comme les œillets, les campanules ainsi que les marguerites et bien d’autres encore. Ensuite, vous avez les vivaces d’automne, moins nombreuses comme les asters d’automne ou bien le sédum. Il  ne vous reste donc qu’à faire un choix entre ces derniers.

Comment planter les vivaces ?

               Réussir à bien planter les vivaces, c’est d’abord leur offrir le bon type de sol. Généralement les vivaces aiment bien les terres riches et bien aérées pour se développer. Je vous conseille ainsi d’enrichir un peu le sol avant de planter quoi que ces soit.

               Prenez soin de bien disposer les plants en vous assurant d’un bon espacement entre ces derniers. Les vivaces prennent de la place en se développant, assurez-vous donc de leur donner l’espace qu’il faut.

               Avant de procéder à la plantation, je vous conseille de laisser tremper les plantes dans l’eau avec sa motte avant de mettre en terre et de recouvrir de terre. Arrosez copieusement et voilà, vous avez fini le boulot.

Comment bien les entretenir ?

               Sachez que l’arrosage est un point important dans les questions d’entretien des vivaces. Vous devez donc prendre le temps d’arroser correctement vos plantes, surtout quand il faut chaud et spécialement pour les plates bandes et les massifs.

               Si vous avez pris de grandes variétés, prenez aussi le temps de les tuteurer correctement afin d’éviter que leur tige qui est fragile ne se casse sous l’effet du vent. Pas besoin d’enrichir le sol trop souvent non plus, une fois l’an c’est bien et au printemps de préférence.

               Enfin, prenez le temps de supprimer les fleurs fanées, d’enlever les feuilles mortes aussi sans oublier les quelques tiges desséchées. En fin d’automne, coupez les feuillages et les tiges pour que votre vivace puisse faire des réserves afin de mieux passer l’hiver.

Comments
  1. Mathilde U.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *